• SOCIETE DE MAINTENANCE DE L’EST - SME Spa
  • DIVONA ALGERIA
  • SARL BAAT
  • TELECOMMUNICATION SERVICE (TCS SPA)
  • SCP BOUDIAF & BOUDIAF
  • Sarl CBS, Communication Bureautique & Systèmes
  • EURL NATURETANCHE
  • BATIVERT EQUIPEMENT
  • Aymen Security Group ( Consulting & Training )
  • ISOTEC Algérie

Hydrocarbures : L’Algérie sollicite les russes Gazprom et Lukoil

Wednesday, February 19, 2014
L’Algérie a sollicité les deux firmes pétrolière et gazière russes, Gazprom et Lukoil, afin de s’engager dans le développement et l’exploration de certains des 30 périmètres dans le sud du pays, a rapporté hier le géant Gazprom dans un communiqué.
En août 2006, les deux grandes compagnies russes avaient signé un accord de coopération avec le groupe pétrolier algérien Sonatrach, mais jusqu’à présent, aucun projet commun n’a pu être concrétisé, a souligné le journal russe Vedomosti. Le groupe public algérien, 11e compagnie pétrolière dans le monde, dispose d’un énorme potentiel en termes de réserves de pétrole et de gaz, a fait savoir un représentant de Gazprom, estimées à 4200 milliards de mètres cubes. Les réserves découvertes en Algérie sont restées inchangées depuis la dernière décennie, alors que la consommation intérieure a augmenté, a commenté Valeri Nesterov, analyste chez Sberbank CIB, cité par le site Russia Today.
En 2013, les exportations algériennes vers l’Europe ont baissé de 18,5%. «Pour répondre à ses obligations d’exportation, l’Algérie a besoin d’investissements dans l’exploration et d’une augmentation de sa base de ressources et d’extraction», a noté Aleksey Grivach, directeur adjoint au Fonds russe de sécurité énergétique nationale. Sonatrach détient actuellement un monopole sur les exportations de gaz et Gazprom peut juste soumissionner pour certains contrats de services, ajoute cet analyste.
L’Algérie a besoin de plus grands volumes d’extraction non seulement pour augmenter ses exportations vers l’Europe, mais aussi afin d’avoir plus de gaz naturel liquéfié (GNL) disponible pour l’Asie, note encore Grivach, pour qui la coopération avec Sonatrach donnerait au groupe public russe des informations sur la base de ressources de l’Algérie et le potentiel de croissance des exportations. De plus, il est important pour Gazprom, croit savoir Nesterov, de garder un œil sur Sonatrach, son principal rival en Afrique.
Hocine Lamriben


Source http://www.elwatan.com

Advertising