• SOCIETE DE MAINTENANCE DE L’EST - SME Spa
  • DIVONA ALGERIA
  • SARL BAAT
  • TELECOMMUNICATION SERVICE (TCS SPA)
  • SCP BOUDIAF & BOUDIAF
  • Sarl CBS, Communication Bureautique & Systèmes
  • EURL NATURETANCHE
  • BATIVERT EQUIPEMENT
  • Aymen Security Group ( Consulting & Training )
  • ISOTEC Algérie

Algérie-Allemagne : la coopération dans le domaine des énergies renouvelables examinée

Sunday, January 13, 2013
ALGER - Le ministre de l’Energie et des mines, Youcef Yousfi, s’est entretenu, dimanche à Alger, avec la secrétaire d’Etat allemande Katherina Reiche avec qui il a abordé la coopération dans le domaine des énergies renouvelables, a indiqué un communiqué du ministère. M. Yousfi a présenté à cette occasion à la secrétaire d’Etat parlementaire auprès du ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la sûreté nucléaire, les objectifs du programme national de développement des énergies renouvelables en mettant l’accent sur la nécessité de fabriquer localement les équipements entrant dans cette industrie, selon le communiqué. De son côté Mme Reiche a réitéré l’intérêt des sociétés allemandes pour coopérer avec l’Algérie dans ce domaine. A ce titre, les deux parties ont convenu d’échanger des visites d’experts et d’organiser en Allemagne un atelier d’experts sur les énergies renouvelables et la recherche développement. L’Algérie et l’Allemagne avaient décidé en décembre 2010, lors de la visite du président Abdelaziz Bouteflika à Berlin, de travailler d’un commun accord sur le projet Desertec, une initiative industrielle de 500 milliards d’euros qui ambitionne de couvrir à l’orée de 2050 la moitié des besoins en électricité du Proche-Orient, de l’Afrique du nord et de l’Europe. L’Algérie et l’initiative industrielle de Desertec (DII), un consortium composé essentiellement d’entreprises allemandes, se sont déjà mis d’accord comme première étape à réaliser un projet de production d’électricité renouvelable de 1.000 MW. La réalisation de cette centrale expérimentale a été décidée dans le cadre d’un mémorandum d’entente, signé entre les deux parties en décembre 2011 à Bruxelles. L’Algérie avait à maintes reprises exprimée sa disponibilité à participer à des projets d’exportation d’électricité renouvelable mais avait aussi conditionné sa participation par un partage de financements, une ouverture plus conséquente du marché européen de l’électricité et un transfert de la technologie. Son plan national de développement des énergies renouvelables, adopté en 2011, prévoit de dédier 10.000 MW des 22.000 arrêtés dans ce projet à l’exportation sous réserve de satisfaire aux trois conditions précédentes.

Source http://www.aps.dz

Advertising